fbpx

Quels sont les enjeux de la digitalisation des associations sportives ?

Se basant sur une étude réalisée par Recherches&Solidarités et relayée par le site de Solidatech, nous nous sommes penchés sur l’influence de la digitalisation et l’utilisation d’outils digitaux sur le secteur sportif, et en particulier sur les acteurs les moins développés économiquement comme les clubs et les associations.

Cela fait 4 ans que l’on rencontre des femmes et des hommes qui font vivre le monde associatif français et particulièrement celui du tennis. En 4 ans, on a rencontré des président.e.s, des directeur.rice.s sportif.ve.s, des professeur.e.s, des bénévoles, des membres de club, des mairies bref à peu près tous les acteurs qui gravitent autour d’un club de sport. On a du mal à faire les comptes mais cela fait pas mal de discussions autour de la gestion d’un club sportif en France. Si l’on fait un rapide bilan des comptes, il en ressort un constat partagé par l’écrasante majorité des clubs : se doter d’outils numériques pour gérer et animer son association n’est pas une mince affaire.

84% des associations sportives inexpérimentées sur le plan numérique

Deux difficultés apparaissent comme évidentes. La première est tout simplement que les clubs ne savent pas quels outils utiliser. La seconde, c’est que parmi les clubs qui ont déjà des outils, l’immense majorité n’est pas pleinement satisfaite de leur usage. Il existe en effet une multitude d’outils qui répondent à des besoins différents. Parmi tous ces outils, lesquels choisir ? C’est un vrai casse-tête pour une raison simple : les clubs veulent se digitaliser mais personne n’aborde leur projet avec une vision d’ensemble. Il en résulte de l’immobilisme ou de l’insatisfaction. Devenir digital ne consiste pas « juste » à se doter d’un site internet, avoir une page Facebook ou installer du contrôle d’accès. Cela va plus loin et la démarche à mener est une démarche générale. Cette démarche doit être discutée au sein de l’association et avec ses membres. Elle prend du temps à murir et surtout, elle n’est pas figée.

Ces intuitions construites au fil du temps se sont transformées en évidences lorsque nous sommes tombés sur l’enrichissante étude menée par Recherches&Solidarités et Solidatech. Cette étude montre que parmi les associations françaises, 79% ne s’estiment « pas expérimentées » sur le plan de la maturité numérique. Ce chiffre monte à 84% pour les associations sportives même si 60% s’estiment « en progrès ». Ces informations sont obtenues après avoir interrogé plus de 2 500 structures représentatives du monde associatif français. Conclusion : les clubs ont besoin d’aide dans le choix et la prise en main de leurs outils digitaux. Si l’on est en droit d’attendre ce travail d’accompagnement de la part de l’acteur fédéral, force est de constater que celui-ci ne génère pas entière satisfaction sur tout le territoire.

Aucun texte alternatif pour cette image

Visibilité, adhésion, dynamique sportive et sociale

Les clubs de sport en France ont pourtant bien conscience de la nécessité de devenir plus digital et cette impression est renforcée par 3 tendances de fond :

Tendance #1 : la visibilité des associations au XXIe siècle passe par leur digitalisation. Pour devenir ou rester attractif auprès de ses membres, il faut être moderne et dynamique. Cela passe par la mise en place d’un projet numérique permettant d’être plus visible et de mieux animer son club. Cette digitalisation doit se faire sans détruire le lien social permis par le secteur associatif et nous sommes convaincus que cela peut même permettre, au contraire, le renforcement de ce lien.

Tendance #2 : la crise sanitaire oblige à revoir différents processus au sein de l’association et notamment celui de l’adhésion. Sera-t-il encore possible ou aussi facilement qu’avant d’organiser des journées portes ouvertes ou de demander à ses membres de venir payer au club ? Rien n’est moins sûr. Comment faire pour que l’association s’adapte aux différentes contraintes (nombre de personnes, fermeture, report, etc.) de la situation sanitaire de demain ? Se digitaliser doit permettre d’être plus réactif, de s’adapter rapidement et bien.

Tendance #3 : la crise économique et la baisse globale du nombre de licenciés montrent que le modèle actuel est à bout de souffle. Nous avons longtemps cru que se digitaliser revenait à se moderniser et, in fine, à réunir plus d’adhérents. C’est partiellement vrai. Mais ça n’est pas tout. En réalité, ce qui permet de réunir plus de monde au sein de son association c’est sa dynamique sportive et sociale. Ce sont les compétitions, les soirées organisées par l’association, les rencontres entre les membres etc. Pourquoi se digitaliser alors ? Parce qu’aujourd’hui une association passe trop de temps sur la partie gestion et administration. Mécaniquement elle passe moins de temps à animer sa vie sportive et sociale et donc elle perd en dynamisme. Il est là le vrai sens de la digitalisation selon nous : gagner du temps et de la souplesse pour se concentrer sur l’essentiel : son projet pédagogique, son événement de club, son matériel, sa communication, bref le sportif et le social.

Kirola, coeur digital de tous les clubs de tennis !

Ces tendances de fond ne viennent pas nier que le chemin de la digitalisation dépend des volontés de chacun mais aussi et surtout des besoins de chaque club. Ces besoins sont souvent induits par la taille du club. Les « petites » associations (moins de 50 membres) ont besoin d’un produit très « léger », ne nécessitant pas de formation et surtout gratuit. Les associations plus importantes (entre 50 et 500 membres) ont besoin d’un outil plus complet sur lequel peut travailler toute l’équipe du club et qui réponde à des enjeux aussi divers que le paiement en ligne, la communication ou la gestion des factures. Enfin, les associations les plus importantes (plus de 500 membres) ont besoin d’un outil complet qui devienne le cœur digital de leur association, qui interagisse avec les différents prestataires (contrôle d’accès, gestion de la lumière, logiciel comptable etc.) du club et qui permette de suivre dans le temps la vie des adhérents au sein du club. Il s’agit donc bien de permettre aux clubs de sport une réflexion globale sur leur digitalisation tout en leur permettant de se doter d’un outil sur-mesure permettant de répondre à leurs objectifs dans leur budget.

Notre volonté de modestement aider le monde associatif sportif est intacte depuis 4 ans. Cette volonté et notre réflexion autour de la digitalisation ont motivé la création de notre seconde marque Kirola, 3 ans après avoir lancé Les Déchaînés. L’objectif de Kirola est de permettre aux clubs de sport d’envisager leur digitalisation dans son ensemble et de se doter d’un outil complet et sur-mesure pour accompagner leur démarche. L’aventure Kirola a démarré depuis quelques mois et notre SAAS (Software As a Service) a l’ambition de s’insérer sur le marché des outils indispensables au développement des associations. Mais ce n’est pas notre seule ambition. Vous l’aurez compris, nous sommes résolument tournés vers l’avenir et souhaitons devenir un acteur important du “monde de demain”, en aidant les associations à s’y inscrire pleinement, mais aussi en inventant un nouveau modèle d’entreprise et de relation client. Rien que ça ! 2021 sera surement l’occasion de vous en dire plus sur ces sujets ! L’aventure continue.


Kirola est le nouveau logiciel de gestion pour les clubs de tennis. Il a été conçu en collaboration avec plusieurs clubs de tennis pour les aider à réduire leur temps de gestion pour se concentrer sur l’essentiel : la partie sportive. Pour réserver une démo => https://kirola.fr/reserver-une-demo/.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *